En mai, fais ce qu’il te plait …

Les mises à jour du site n’ont pas suivi les lettres d’informations envoyées par Nicole à nos adhérents pendant le mois de mai. L’appel du chemin a été plus fort pour certains d’entre nous.

En voici un extrait qui reprend les informations toujours d’actualité, dont la suite de la nouvelle d’Alain Humbert, « Garde à Vue »


Pour commencer voici un quizz spécial randonneur transmis par Madeleine Griselin :

Révisez votre histoire grâce à la rando

Petits clips sur la différence ou la spécificité des chemins de Compostelle 

Voilà le lien pour voir les cinq vidéos (à la file)  transmises par la Fédération Française des Associations des Chemins de Compostelle (FFACC) et leur réalisateur, Michel Suchaud, de Compostelle 28. :

https://videas.fr/share/6fee7311-8169-4d92-a385-0d4facc92723


Vous êtes tentés par le chemin de Compostelle qui mène de Paris à Vézelay ?

Gérald Béhuret, président de l’association « Pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle Paris – Sens – Vézelay » transmet ce message :

Pèlerines et pèlerins, notre nouvelle équipe vous offre son nouveau site internet : https://compostelle-paris-sens-vezelay.com/

À disposition : Chemins principaux, quelques photos, les parcours et hébergements de dizaines de chemins, leurs traces GPX, l’outil pour les lire (Visugpx), Credencial, vente sécurisée, guide, numérique ou papier idem, etc.

PS Nicole. :  Ayant marché à l’automne dernier quelques jours sur cette voie bien balisée,
je me permets de vous conseiller la visite du musée de Sens,
une merveille pour qui apprécie, entre autres, les arts textiles


Vous souhaitez découvrir le chemin de Compostelle qui part du Jura Suisse pour rejoindre le chemin de Compostelle franc-comtois ?

Cliquez ici

Pour information, l’Amicale jurassienne vient de terminer le balisage qui fait la jonction du chemin Bâle/Héricourt à Réchesy dans le Territoire de Belfort.


Le chemin de Compostelle en Espagne

Ce n’est pas encore l’ouverture complète !
Voici un  point de l’état sanitaire publié par la Asociación de Municipios del Camino de Santiago (AMCS) au 4 mai 2021

Cliquez ici

Suite de la nouvelle d’Alain Humbert « Garde à vue » 

Dans la première partie de son récit, diffusée dans notre article du 28 avril, Alain, sur la Via de la Plata, fait la connaissance de Paul, pèlerin taciturne, qui, soudain, se met à enchaîner les souvenirs de chemin et lui conte une bien étrange aventure :  

C’était il y a deux ans, dans les derniers jours du mois de novembre. Ce soir-là, Paul arrivait dans un bourg de fin d’étape et comme tous les jours après sa longue marche il n’avait qu’un objectif : rejoindre l’albergue municipale pour se requinquer et y passer la nuit. Il avait bien noté le matin en parcourant son guide qu’en cette période de l’année, plus proche de l’hiver que de l’été, il n’y avait plus d’accueil, mais que l’hébergement était toujours possible à la condition d’aller récupérer les clés à la policia local et de les y rapporter le lendemain matin. Cela ne l’avait pas particulièrement surpris, car beaucoup de gîtes pratiquent de cette manière pour éviter de conserver du personnel alors que la fréquentation en cette période devient très aléatoire. J’avais moi-même connu ce mode de fonctionnement sur le Chemin portugais dans une petite ville au nord de Porto, Vilarinho ; une affiche sur la porte demandait aux pèlerins de retirer les clés à la pharmacie. Elle ne précisait pas que le jour du Seigneur l’officine était fermée et j’avais dû alors me replier sur une petite auberge moyennant bien évidemment quelques euros de plus. Pour Paul, aucun risque d’être confronté à semblable mésaventure, car la policia local est ouverte 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Lorsqu’il s’y rend, deux officiers de police assurent la garde : le commissaire, la cinquantaine, occupé au téléphone et une jeune dame qui doit faire ses premières armes dans le métier. Voyant Paul entrer avec son sac à dos et son grand bourdon de jacquet, sans même attendre sa question, elle se dirige vers un tableau où semblent suspendus tous les trousseaux de clés de la cité. Elle en décroche un qu’elle tend à Paul lui disant :

– N’oubliez pas de me le rapporter demain matin à votre départ ; ce sera une collègue qui sera là !

– Ok, je n’y manquerai pas, bonne soirée !

Paul en arrivant dans la ville avait repéré l’albergue, juste à côté de l’église, dans un angle de la plazza Mayor. Il s’y rend et tout en marchant pense déjà à ces instants de bonheur qu’il va connaître lorsqu’il jettera tout son barda au pied du lit et dénouera les lacets de ses chaussures. Un plaisir que chacun connaît bien et qui est suivi en général par deux autres : prendre une douche puis déguster une bière dans le bar le plus proche. Paul est maintenant face à la porte du gîte, une porte qui lui paraît être fabriquée en contreplaqué, ce qui le surprend un peu, car son aspect fait un peu tâche dans le décor moyenâgeux des bâtisses alentour. Paul tire la clé de sa poche et s’apprête à l’introduire dans le canon de la serrure quand il s’aperçoit que c’est inutile d’essayer, l’un et l’autre ne sont visiblement pas de la même époque. Il s’en retourne à la policia local et explique le problème à la jeune policière, qui se dit surprise, puis lorsque Paul lui précise que la porte semble neuve, se rappelant soudain que des travaux de remise en état avaient été commandés sur l’ancienne, elle comprend alors que la nouvelle n’est qu’une porte provisoire. Où trouver la clé se dit-elle ? Pas simple, car c’est aujourd’hui samedi et l’entreprise en charge des travaux est fermée. Elle évoque le problème avec son supérieur qui n’a pas davantage la solution et qui par sa moue laisse vite comprendre qu’il ne souhaite pas s’embêter avec ce souci à la veille du week-end. Il s’adresse alors à Paul :

– si vous le souhaitez nous pouvons vous accueillir ici. Nous avons deux cellules de garde à vue qui sont certainement aussi confortables que les lits de l’albergue ! Venez, je vais vous faire visiter ! 


En projet : Paris – Besançon

Un projet mené par Compostelle 2000 : un itinéraire depuis Paris pour joindre également la Via Francigena à Besançon.
Le président, Jacques Chauty, signale des marches, un dimanche par mois, sur cette voie.

Le calendrier est disponible sur le site :

Jacques Chauty précise :

Pour mémoire, nous partons de Paris, pour rejoindre Vézelay et après nous rejoindrons par Semur en Auxois, La Margelle, Bucey-les-Gy pour arriver à Besançon en 2022. A partir de Vézelay, nous empruntons le même chemin que celui réalisé par Anne Laure et Anthony de la Halte Pèlerine 44.

En 2019, nous avions effectué la liaison entre Paris et Reims, en liaison avec RP 51, un très grand moment de partage entre nos deux associations. Nous souhaitons que cette nouvelle liaison nous apporte le même partage avec vos associations.

J’en profite pour vous rappeler que le 28 mai, Compostelle 2000 et la Halte Pèlerine participeront à un Live Facebook, consacré à la Via Francigena. Céline Anaya Gautier en sera le grand témoin. Jacques Chevin parlera des 20 ans d l’AEVF ».

Renseignements : https://compostelle2000.org/conference-au-forum-104/


Musique 

Le 6 juin, de 14 h à 17 h, aura lieu à la chapelle Notre-Dame-Du-Haut à Ronchamp la 5ème rencontre inter religieuse avec pour thème « chant et espace » – La voix dans les différentes traditions religieuses.


Parution livres 

Nathalie Cebrian vient de faire paraître un roman auto édité dont l’intrigue se déroule en Galice et plus particulièrement à Saint-Jacques de Compostelle.

L’auteur précise :

Carminia » est un roman de fiction inspiré d’un roman monument pour la littérature espagnole et la ville de Saint-Jacques-de-Compostelle publié au début du siècle dernier, La Casa de la Troya d’Alejandro Peréz Lugín.

Le roman est en vente sur Amazon au prix de 6,90 euros pour le format Kindle (numérique) et 11 euros pour le format Broché (papier), où il est possible d’en lire un extrait. Il est également en vente à 6,90 au format Kobo (numérique) sur le site de la Fnac. Une version en espagnol est en cours de publication aux mêmes formats et aux mêmes prix sur les 2 sites.

Contact : n_cebrian_alcalde@hotmail.com – Tél. : 06 17 04 13 36


La mélodie du chemin, regard d’un agronome en marche vers Saint-Jacques » aux éditions de La Flandonnière

Robert Hénaff est un agronome chevronné à la retraite. A la fois scientifique, marcheur et pèlerin, il présente  le premier tome de son aventure vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Il est accompagné du géographe René Mansard, du ruraliste Christian Sérager et de la journaliste agricole Monique Roque-Marmeys.


Nouveau site internet 

Pierre Catoire vient de créer un site qu’il présente ainsi :  

C’est le premier pas qui coûte…et à partir de là rien n’est plus comme avant surtout s’il s’agit de s’aventurer sur un chemin de Compostelle !

Ce fut mon cas en Avril 2003 et depuis je suis resté fidèle à cette pérégrination qui est une « bouffée d’oxygène » au sein d’un monde qui se déshumanise !

Depuis ce départ devant la cathédrale du Puy en Velay je n’ai plus quitté Compostelle au point de fonder une Confrérie de Pèlerins dont j’ai assumé la direction et son développement durant une dizaine d’années…

La pérégrination vers Saint Jacques de Compostelle permet de retrouver l’amour et le respect de « l’autre » si souvent malmenés aujourd’hui par une vie trépidante où le temps manque pour s’apprécier humainement et retrouver la simplicité et l’humilité qualités indispensables pour favoriser l’émergence de la fraternité.

Je dois beaucoup « au chemin » ! Conscient de son impact sur moi-même je souhaite apporter ma pierre à cet édifice jacquaire d’où la raison d’être du présent site que je vous invite à découvrir et qui nous permettra peut-être de nous rencontrer… ULTREIA 


Voilà, c’est tout pour l’instant ! Bonne lecture,

A bientôt,
Amitiés jacquaires,
Nicole Communication af-ccc

Laisser un commentaire