Dole et le chat perché – Juin 2020

Ce dimanche 21 juin, c’est «jour de fête » : fête de la musique, fête des pères et, pour notre association, jour des reprises des randonnées mensuelles…Enfin !

Nous étions donc 10 (dans les normes du plan de dé confinement) à nous retrouver sur le parking du Mont-Roland à Dole.
Initiateur de cette journée, mon objectif était de susciter l’envie de découvrir ou redécouvrir Dole ancienne capitale du comté de Bourgogne jusqu’en 1676.

Départ du sanctuaire du Mont-Roland

Le sanctuaire Notre-Dame de Mont Roland est un haut lieu de pèlerinage marial remontant au 11ème siècle, situé sur le tracé du chemin de Compostelle actuel.
Nous nous mîmes en chemin, non sans avoir visité l’église et la chapelle Sainte-Colette du sanctuaire.

Après 4 km sur le chemin balisé de coquilles, arrivée à Dole (sans ^). Remontons un peu le temps.
Ce n’est qu’au milieu du 11ème siècle, alors que la Franche-Comté fait partie du Saint-Empire Romain Germanique que le nom de Dole apparaît pour la première fois.

A partir du 15ème siècle, Dole abrite le Parlement et l’Université.
Brillante capitale du Comté de Bourgogne sous domination bourguignonne puis des Hasbourg, ce comté ne cesse d’attirer la convoitise des rois de France, à commencer par Louis XI qui détruit la ville en 1479, jusqu’à l’intégration définitive de cette province à la couronne par Louis XIV en 1678.
A ce sujet, à compter du 8 septembre une représentation du siège de Dole en pièces de Lego, selon l’inspiration d’une toile de Nicolas Labbé, peinte en 1636, sera exposée à la Médiathèque. Oeuvre de 50000 pièces de « Légo ».Création de Dominique Damerose

A la suite de la conquête française, Dole perd le Parlement puis l’Université au profit de Besançon qui devient la nouvelle capitale de la Franche-Comté.

Le chat perché nous conduit…

C’est en suivant le circuit jalonné au sol, que nous partîmes à la découverte de Dole et de son histoire.
Circuit appelé « circuit du chat perché » pour adresser un clin d’œil à l’écrivain Marcel Aymé, auteur des fameux contes du Chat Perché. Ce parcours urbain nous fait découvrir Dole à travers 37 bâtiments ou sites remarquables. Malheureusement, le dimanche, certains de ces bâtiments sont fermés.
Nous avons parcouru les rues de Dole à la découverte de son histoire sans forcément respecter la chronologie de la Grande Histoire.
Énumérer et décrire chacun de ces 37 sites serait ‘une trop longue histoire’. Je vous invite à les découvrir lors d’un passage à Dole. Ce circuit fait l’objet d’un dépliant très documenté disponible à l’office de Tourisme.

La maison natale de Louis Pasteur

Parmi quelques uns, je citerais la maison natale de Louis Pasteur, au bord du canal des Tanneurs, un musée relate la vie de Pasteur. Son Père, Jean Joseph, fut tanneur ici même, la maison d’enfance de Marcel Aymé (né à Joigny en Bourgogne), auteur entre autre de la Vouivre, le Passe-muraille.
Je citerais aussi l’ancien hôtel-Dieu, hôpital pour les pauvres de la ville édifié au 17ème siècle, ce fut l’hôpital de Dole jusqu’en 1992. Sa réhabilitation a permis qu’il abrite la Médiathèque, depuis 2000.

Le clocher de la collégiale
Le clocher de la collégiale

Incontournable, la visite à la collégiale Notre-Dame édifiée au 16ème siècle , en style gothique renaissance, avec son clocher haut de 73 m (le plus haut de Franche-Comté). Il abrite la Sainte Chapelle, construite pour accueillir une des deux hosties miraculeusement sauvées lors de l’incendie en 1608 dans l’église abbatiale de Faverney.

Certaines rues de Dole (de Besançon, des Arènes, du collège de l’Arc) sont bordées de beaux hôtels particuliers du 16ème au 17ème siècle.

J’ai tenu à faire découvrir aux randonneurs le parc à l’anglaise du cours Mauris, avec ses cascades qui m’étaient inconnues !!

Le Doubs et la Loue – Sculpture de Pierre Duc

La place Grévy, la place symbole de la ville, est ornée par la sculpture de Pierre Duc, « Le Doubs et la Loue », cela depuis 2000. C’est le lieu de rencontre des Dolois !

Pia et Antoine nous ont fait découvrir au 7 de la rue de Besançon un escalier en viorbe à noyau creux remarquable par son limon porteur hélicoïdal, véritable prouesse architecturale !!.

Cette randonnée à travers Dole a été entrecoupée d’un agréable pique-nique ombragé au bord du Doubs, au Pasquier.

En fin d’après-midi, nous reprîmes le chemin emprunté le matin. Les 18 km parcourus nous ayant donnés soif et la Brasserie Doloise étant ouverte le dimanche sur le site du Mont-Roland……




Tous les participants étaient ravis de cette découverte ou re découverte de Dole, ville au charme discret qui mérite un détour d’au moins une journée.

Paul Courtoisier, photos : Danielle Brun Vaunier


Laisser un commentaire