La plaine de Lure – Janvier 2021

La première et tant attendue des randos 2021, suite à d’abondantes chutes de neige a glissé du plateau des 1000 Étangs vers la tourbière de la Pile à Saint-Germain. Cette dernière a été reconnue sous un grand soleil, mais son cadre féerique va devenir impraticable à cause d’abondantes pluies la veille du jour J. Finalement nous débouchons dans la plaine de Lure.

Après vérification des endroits les plus inondables pour éviter la confusion surfeur /marcheur, le parcours constitué de deux circuits balisés et d’une butte à gravir est retenu.

Départ 9h30 de la gare de Lure, en avant les voyageurs!

Place de la gare, Lure
Au départ de Lure

Nous quittons la ville par une petite route qui nous mène à la voie verte, une ancienne voie de chemin-de-fer, direction Magny-Vernois.

Sur la voie ‘verte’

Il « neigeote » et le fond de l’air est agréable.

Après la gare des « enfants du voyage » font un bonhomme de neige,  image de vacances de Noël d’antan  .

Les explications de Bruno

Arrivés sur la voie verte devenue voie blanche une sourde rumeur sort de la brume nous serions sur le mauvais chemin, un couple de jeune gens est mis à contribution le résultat surprend certains ou certaines… c’est la bonne voie!

Surprenant jeune homme qui nous croit venir d’un Ehpad !
S’il n’est pas dur de devenir âgé, il est dur de s’en rendre compte…
Merci joyeux Luron !

La Reigne à Magny-Vernois

Chemin faisant nous glissons à Magny-Vernois dans l’univers ouaté d’un ciel bas. Le paysage s’ouvre aux abords du pont sur la Reigne que nous traversons, cette dernière a pris de l’ampleur. Après Magny-Vernois, nous la longeons en direction du Moulin Blanc, le ciel s’est un peu dégagé.

Première pause en vue du Moulin Blanc malgré la neige le rythme est bon  et l’arrêt de courte durée.

Nous repartons en direction de la D486 que nous longeons prudemment, les automobilistes faisant de même tout se passe bien, arrivée au  Grapset.
Nous quittons la départementale direction la traversée de l’Ognon sur le pont de Vouhenans.

La Vierge de Vouhenans
Au pied de la butte de Vouhenans

La butte n’est pas très visible. La contourner par l’ouest afin d’aller au belvédère par le chemin balisé ajouterait des km qui au final ne manqueront à personne.

En attaquant d’un bon pas le chemin qui s’élève, nous apercevons une très jolie ferme. Sur le pas de porte, un autochtone. Dans l’intention de lui demander si la ruelle mène au belvédère, je suis doublé par René qui malgré les moufles dégaine Google!

Eh oui, ce sacré Google est vraiment très fort, c’est tout droit!

La pause casse-croûte étant au belvédère, le pauvre et seul raidillon du jour est avalé comme un amuse-bouche. La soupe fut la star. La galette comtoise de Marie-Laure en dessert (recette ci-dessous). Nous mangeons debout, l’unique table n’offrant guère de places eu égard aux gestes barrières !

Le point de vue sur la montagne accouche d’une souris, nous distinguons avec peine une maison au pied de la butte.

Il neige toujours, nous n’avons pas l’intention de nous attarder, mais un événement dramatique aurait pu survenir quand notre chère présidente dévale le petit talus transformant son sac à dos en luge !                                     

La neige, l’air vif et la beauté des arbres nous poussent à la contemplation, mais nous sommes conscients de l’humidité qui nous gagne à rester statiques. Nous voila donc repartis suivant cette fois le balisage qui nous ramènera à Lure par le circuit des Salines.

Descendus de la bosse par une pente douce nous passons devant les anciens fours à chaux dont un a été rénové par la SHAARL. Ce patrimoine nous ramène au développement des campagnes à l’époque des grandes abbayes.

Permettez-moi un conseil si vous ne connaissez pas : venez ou revenez à partir du printemps.

Nous voici donc au niveau de la plaine de Lure sur le chemin du retour  empruntant la piste cyclable qui se décline en un chemin blanc légèrement surélevé ce qui nous permet d’avoir les pieds au sec. La neige ne tombe plus le ciel  est un peu plus clément et l’atmosphère visuelle entre ces étendues d’eau qui tendent à geler et la lumière fait le régal des photographes et de nos yeux .

Après avoir longé les sablières il nous reste une ligne droite nous menant au pont sur l’Ognon à l’entrée de Lure. Jean nous fait remarquer que Lure s’est développé en ce lieu de passage, perte et résurgence naturelle et ce, depuis des temps lointains (voie romaine etc…).

A cet endroit la puissance de l’eau rappelle les moulins et inondations faisant de Lure au « therme » de notre randonnée une ville d’eau !
Après un petit parcours citadin nous voici à la gare.

Merci à tous les courageux de Janvier!

Bruno Géhant
Photos : Danielle, Bruno et René


La recette de la Galette Comtoise de Marie-Laure

Pour 6 personnes

Temps de préparation : 20 minutes
Temps de cuisson : 20 minutes
Ingrédients :
250 ml de lait (1/4 L)
80 g de beurre
60 g de sucre
130 g de farine
4 œufs  (3 entiers + 1 jaune pour la dorure)
2 CS de d’eau de fleur d’oranger
1 sachet sucre vanillé ou 1 CC d’extrait de vanille
1 pincée de sel
2 CS de crème fraîche

Dans une casserole, versez le lait, le beurre et le sel. Laissez chauffer puis à frémissement ajouter le sucre + sucre vanillé. Mélangez bien.

Hors du feu, ajoutez la farine tamisée puis mélangez vigoureusement pour obtenir une pâte homogène. Incorporez les œufs un à un. Ajouter la crème fraîche puis retravailler. On obtient une boule, pâte à chou. Quand la pâte est bien lisse, ajoutez la fleur d’oranger. Retravailler jusqu’à l’obtention d’une pâte souple.*

Sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, étalez la pâte sur 5-6 mm d’épaisseur et donnez-lui une forme ronde. Ajoutez une fève dans la pâte et dorez le dessus avec le jaune d’œuf détendu au lait. Dessinez ensuite un quadrillage sur le dessus de la galette avec une fourchette puis enfournez pour 20 minutes de cuisson à 180°C (Th 7).

* Conseil : Si besoin, faites sécher la pâte homogène sur feu doux pour qu’elle se détache de la casserole.

Consommer tiède de préférence.    Régalez-vous !

Marie-Laure

Cet article a 5 commentaires

  1. Claude

    Bonjour à tous,
    Beau récit ! Comme je suis en charge de la prochaine, je me pose la question du changement d’itinéraire car les passages prévus en forêt peuvent être dangereux en cas de vent … Un plan B doit-il être prévu comme en janvier ?
    Belles photos. Bravo.
    Claude

  2. Gaydu desir

    Bonjour actous
    Très bel article
    Bravo et merci pour la recette de la Galette Comtoise
    Désir 😉😉

  3. brun

    Beau compte rendu !
    Il rend l’ambiance bon enfant du jour.! La joie de se retrouver!
    Le jeune homme rencontré a du la voir à nos sourires…, 😊mais pour moi,  » l’ ehpad », ce n’est pas pour tout de suite, 🤣
    Merci à Pascal, le luron, qui a aidé à être inventif et réactif face à la neige qui nous prenait de vitesse.

  4. BOURDON Patricia

    Vous avez vraiment fait une superbe randonnée très belles photos aussi et beau compte rendu
    Bises à tous et toutes
    Patricia

  5. Marie-Laure

    Quelle belle prose, illustrée de belles photos en cet hiver exceptionnel… Merci Bruno et Danielle.
    Je ne résiste pas à la tentation de faire un trait d’humour :
    Nous avons démarré « à tâtons » et sommes revenus « gais lurons »! Honnis soit qui mal y pense!
    A la prochaine…

Laisser un commentaire