Éditorial du bulletin n° 40 - décembre 2016

Tant de choses à partager…
La plupart des marcheurs, des pèlerins, de retour de Saint-Jacques de Compostelle ou d’une période sur un chemin compostellan  l’affirment : ils ne sont plus les mêmes au départ et à l’arrivée. Certains disent avoir (re)découvert la nature, l’hospitalité…. D’autres se sont ouverts aux autres, ont relativisé leurs problèmes… Ces témoignages de retour sont bienvenus lors des permanences  mensuelles. Ils seront également appréciés lors du week-end de mi-janvier prochain à l’abbaye Saint-Colomban à Luxeuil. Vous êtes tous conviés à participer. En effet, le "chemin", c’est un itinéraire bien balisé, des haltes réconfortantes, ce sont aussi des expériences et une culture humaine qui s’enrichissent de l’échange.
De culture et de patrimoine il sera également question le 15 janvier. Le marcheur peut être sensible à l’Histoire vivante qui s’écrit sous nos yeux avec fresques récentes, vitraux contemporains, cairns acrobatiques… ; Et il ne peut ignorer l’Histoire d’hier…. L’Af-ccc a décidé de  mettre en avant cette dernière, pan incontournable de la culture jacquaire, avec une conférence-diaporama et musicale qui vous dira tout de l’art roman et sa symbolique sur les chemins de Compostelle. Je souhaite que ce moment marque  un nouveau départ pour la “commission histoire” de notre association, en sommeil depuis plusieurs années. C’est d’ailleurs le souhait de notre présidente d’honneur, Brigitte Lyautey. Bonnes volontés intéressées, n’hésitez pas à vous manifester !
Nous n’oublions cependant pas les bases de notre activité : accueil des partants, facilitation de la traversée paisible de notre région grâce au maintien d’un réseau hébergement accueillant, aux guides actualisés (avec - nouveauté ! - la mise à disposition à partir de notre site internet de cartes téléchargeables pour GPS). Ces points sont le fruit d’un travail de fourmi, accompli par des bénévoles actifs, mais où de nouveaux volontaires sont bienvenus.
En attendant le plaisir de nous retrouver à Luxeuil en janvier, puis lors de l’assemblée générale le samedi 4 février à Marnay, et lors des nombreux rendez-vous préparés par des adhérents dévoués tout au long l’année, je vous souhaite, au nom de l’Af-ccc, une bonne fin d’année et un bon départ 2017. Notre association compte sur vous tous, adhérents et partenaires, pour une année riche de bonheurs partagés, les pieds bien ancrés dans la réalité mais avec toujours quelques étoiles de rêve dans la tête.


Nicole Blivet, présidente de l'Af-ccc


Éditorial du bulletin n° 39 - décembre 2015

En marche !

De nombreux motifs de satisfaction ont émaillé l’année de notre, de votre association : des adhérents fidèles, des pèlerins nombreux sur le chemin franc-comtois, un nombre d’hébergeurs en hausse, des guides rendant les services souhaités aux marcheurs, l’innovant projet des QR Codes arrivé à son terme. Mentionnons également la belle fresque de Manola recolorée, des bulletins semestriels attrayants, des marches mensuelles enjouées, des partenariats constructifs, etc. Tout cela mis en œuvre ou encouragé par un conseil d’administration actif et compétent.

Pourquoi, alors, mon clavier bute-t-il sur l’écriture de cet éditorial ? Peut-être à cause de la pesante actualité ? Du reflexe archaïque : « J’ai raison, t’as tort, et tu vas voir ta gueule... », qui prospère et qui s’épanouit  en terrorisme sous couvert d’idéologies perverties ?

Y-aurait-il, accessibles à notre petite mesure, des  remèdes  à la tentation du repli  sur soi et de l’intolérance induits par cette violence ? Tentons  la musique qui sait si bien consoler et faire espérer. A ce sujet je vous recommande “Da Pacem Domine”, une prière pour la paix composée par Arvo Pärt après les attentats du 11 mars 2004 à Madrid. L’Histoire bégayant tragiquement, ce message, toujours d’actualité, accompagne notre pensée envers les victimes du 13 novembre à Paris et celles de tous pays, victimes d’une haine fanatique… En tant que membre, croyant ou non,  d’une association jacquaire,  laissons à la légende l’apparition du “Santiago Matamoros” à la bataille de Clavijo en 844, et restons sur  la symbolique actuelle d’un Saint-Jacques porteur de coquille signifiant la vie et l’amour, sur un chemin vivant de liberté et de rencontres.  Continuons ainsi à pérégriner vers le chemin des Etoiles, vers Saint-Jacques, ou sur d’autres voies de pèlerinage, selon nos convictions humanistes, spirituelles ou religieuses. Marcher, (la marche, moyen de transport non polluant, modeste contribution à la lutte contre le réchauffement climatique !), c’est être debout, c’est l’union du corps et de l’esprit, la mise en mouvement de la pensée, le déplacement du point de vue et donc l’ouverture sur le paysage et, surtout,  sur son prochain….

Et allons de l’avant ! « Ne crains pas d’avancer lentement, crains seulement de t’arrêter », met en garde Arthur Schopenhauer. Pas de crainte sur ce dernier point, l’Af-ccc a de nouveaux projets en tête. Les membres du conseil d’administration et moi-même vous les dévoileront lors de l’assemblée générale, le 30 janvier prochain, à laquelle nous vous espérons très nombreux.
Je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année et vous présente tous mes vœux pour 2016.


Nicole Blivet, présidente de l'Af-ccc


Éditorial du bulletin n° 38 - juillet 2015

Au sujet de la communication associative

Le bulletin semestriel, le site internet, les QR Codes informatifs, les rendez-vous immuables (assemblées générales, permanences, randonnées mensuelles), ou plus occasionnels (randonnées des partenaires, “soirées hébergeurs”, expositions, conférences)  marquent le souci permanent de communication externe et interne de l’Af-ccc.

Nous pouvons encore progresser, notamment sur ce dernier point.  En effet, les lieux communs au sujet de Compostelle veulent qu’on vante “l’esprit du chemin” et le plaisir des rencontres. Mais à y regarder de plus près,  l’échange sincère avec l’autre reste difficile. L’intérêt commun de notre association autour du cheminement vers Saint-Jacques n’empêche malheureusement pas, parfois, des négligences, des maladresses. Souvent bien involontaires. Le manque de disponibilité, les soucis de santé, peuvent conduire  à se renfermer dans sa “coquille”. La complexité des rapports humains fait que l’on peut avoir des sympathies ou des antipathies pour l’un ou l’autre. Ou ne pas être en accord avec les orientations de l’association, ou ne plus s’y sentir à sa place. Et que tous ces paramètres peuvent varier au fil du temps.

Au cours des années, c’est ainsi que des administrateurs quittent le conseil sans que l’on comprenne vraiment leur départ. L’on respecte la décision affichée en ayant la crainte de paraître indifférent,  ou l’on questionne en ayant peur de paraître intrusif, et en n’étant finalement à l’aise ni dans l’un ni dans l’autre cas ! Chez les adhérents, c’est au détour d’une conversation que l’on apprend bien tardivement qu’un tel est malade ou qu’il a perdu un proche…ou c’est ainsi que je reçois un message à la limite du correct pour n’avoir pas averti tel membre du décès d’un autre  membre.

Les soucis individuels, la pudeur, le soin de “ne pas faire d’histoires”, la lassitude, peuvent bien sûr expliquer certains éloignements. Et toutes les raisons sont respectables. Mais il faut que chacun le sache : la cordialité, l’amitié, la solidarité, sont aussi importantes que l’intérêt commun pour ce sujet qui nous lie : Saint-Jacques de Compostelle et ses chemins. Chacun est et sera toujours bienvenu  à l’Af-ccc et peut à tout moment joindre et re-joindre la très large base d’adhérents et/ou de membres du conseil d’administration fidèles depuis de longues années. 
Bon été à tous !

Et bravo à tous ceux qui font vivre le chemin franc-comtois ! Les témoignages de satisfaction de pèlerins affluent et il faut savoir qu’il y avait + 30% de fréquentation mi-juin par rapport à 2014 (merci pour le comptage effectué par Denis, un habitant de Marast).

Nicole Blivet, présidente de l'Af-ccc


Éditorial du bulletin n°37 - décembre 2014

Un chemin de libertés

Le chemin de Compostelle en Franche-Comté - voie non historique, non reconnue comme patrimoine régional, européen ou mondial, mais validée par le Conseil général de Haute-Saône, le Territoire de Belfort et l’IGN (Institut National de l’Information Géographique et Forestière)  -  a l’extrême privilège de rester, hors marchandisation et fréquentation excessives, un itinéraire discret, accueillant, où le marcheur a tout loisir de profiter de  l’instant selon sa propre sensibilité.

Notre association y veille de son mieux. Elle affirme sa laïcité afin que chacun puisse vivre sa foi, ses doutes, ses interrogations, ses non croyances comme il l’entend. La tolérance est un mot qui nous tient particulièrement à cœur. Il nous importe également que le chemin de Compostelle soit un lieu privilégié où la marche est aussi démarche. Il ne faudrait pas penser que les nouvelles technologies, site internet, numérisation du chemin par exemple, détournent systématiquement le pérégrinant ou les administrateurs de l’Af-ccc  d’objectifs qui sont toujours respect d’autrui et solidarité. De même que le pèlerin actuel ne marche pas avec lourde cape de feutre et calebasse en guise de gourde, il faut, à notre sens, que nous nous adaptions au marcheur qui vérifie l’itinéraire sur son GPS et communique par mail. Par ailleurs, rien n’empêche de progresser à sa guise, avec boussole,  en se fiant à son sens de l’orientation et en dormant à la belle étoile...

Nous considérons ainsi que le cheminement ne peut être assimilé à une simple balade touristique, quel que soit le marcheur : pèlerin usant humblement ses semelles sur le sentier,  ou randonneur n’exhibant son credential que pour bénéficier d’hébergement à prix modique ou se faire un trip jacquaire exotique. Savoir apprécier les paysages francs-comtois et les charmes du  patrimoine, goûter à leur juste valeur les rencontres avec les habitants, hébergeurs et autres pèlerins, accepter les inévitables passages goudronnés ou boueux, se contenter de commerces peu nombreux, tout cela - grands bonheurs et petits désagréments -  doit permettre à chacun d’augmenter son esprit de partage, son sens de l’acceptation et de l’adaptation. Marcher sur un chemin de Compostelle, c’est en effet être autant de plain-pied avec une très terrienne réalité, que « Tenter, sans force et sans armure, d'atteindre l'inaccessible étoile » comme le chantait Jacques Brel dans “la Quête”.
Malgré les douleurs bien réelles et le poids de nos pensées parfois moroses, c’est cette recherche d’ouverture, d’authenticité, cette quête de sens, cette  (re)découverte de valeurs essentielles, mais aussi ce plaisir de l’instant, ce voyage libre et léger, que  nous pouvons nous souhaiter en 2015, en toute réciprocité.

Pas seulement sur un chemin de Compostelle mais sur le chemin de la vie.
Ultreïa !


Nicole Blivet, présidente de l'Af-ccc

Éditorial du bulletin n°36 - juillet 2014

Le chemin de Compostelle en Franche-Comté a 10 ans.  Déjà !

Après les travaux préparatoires menés par les initiateurs de l’Af-ccc, le tracé franc-comtois fut balisé en 2004, juste à temps pour la première édition d’Europa Compostela, cette marche européenne convergeant vers Santiago quand le 25 juillet, jour de la saint Jacques, coïncide avec un dimanche.

Depuis, régulièrement entretenu par les bénévoles de l’Af-ccc en lien avec les associations de marche locales, le “chemin” franc-comtois est devenu une référence. Pour preuve, les nombreux messages de félicitations reçus, concernant le balisage et l’accueil. Faut-il alors voir comme une reconnaissance envers le travail accompli, la décision du Conseil général de Haute-Saône de prendre désormais en charge l’entretien et, dès 2015, le balisage du chemin de Compostelle dans le département ? Nous n’en doutons pas. D’autres voies seront également du ressort de l’instance départementale, comme les GR et la via francigena, mais il est à noter que  le chemin de Compostelle, avec environ 200 km, est, de loin, le plus long de Haute-Saône. Nous faisons confiance aux trois Unités territoriales qui prendront le relais de nos bénévoles menés par Daniel Blivet, Charles Milhé, Manola Salvador, Philippe Dumont, Jacques Sutter, Madeleine Griselin, Danielle Voilly. Ceux-ci sont loin cependant d’avoir terminé leur tâche, puisqu’ils ont à cœur de transmettre un chemin en excellent état avant de passer le relais. Charge à eux également d’informer, former, accompagner les nouveaux responsables professionnels, et de garder un œil attentif afin que toute anomalie soit rapidement détectée et corrigée. Jacky Turinetti, le correspondant de Codérando pour le Conseil général du Territoire de Belfort, veille toujours, lui, à la bonne tenue du balisage “terrifortain”. Quant au Doubs et au Jura, ils restent pour l’instant de la responsabilité exclusive de l’Af-ccc.

Parmi nos activités associatives, notons le succès des randonnées mensuelles qui permettent aux adhérents de se retrouver dans la bonne humeur pour découvrir la Région.  C’est un bon entraînement à la marche vers Compostelle, c’est aussi un bon moment de partage quand on en revient, et que l’on souhaite prolonger l’esprit jacquaire spécifique au “chemin”.  Cette même ambiance amicale règne lors des permanences mensuelles à Besançon et Héricourt, très fréquentées, avec de nombreux projets de départ. 

Un passage régulier de pèlerins allemands et alsaciens a également été constaté dans la Région dès le mois de février 2014. Arrivant à l’entrée de Villers-la Ville ceux-ci peuvent désormais faire une pause sur un magnifique banc d’acacia, avec vue sur le clocher comtois du village. Cet aménagement, fruit de contacts agréables entre le maire, Edmond Brepson, notre association, et un habitant habile de ses mains,  fait partie des partenariats efficaces qui ont toujours le même but : Favoriser tout le bien-être que les pèlerins et marcheurs peuvent attendre du chemin de Compostelle.

Puissent les adhérents et les partenaires  de l’Af-ccc continuer à partager ce même objectif, pendant la prochaine décennie et les suivantes !


Nicole Blivet, présidente de l’Af-ccc


Éditorial du bulletin n°35 - décembre 2013

En marche sur le chemin de l’Af-ccc

La vie de votre, de notre association a tout d’un chemin de Compostelle : on espère des moments agréables et atteindre les objectifs que l’on s’est fixés…. Où en sommes-nous, sur ce “way” de l’Af-ccc depuis le bulletin de l’été dernier ?

Parmi les incontournables du “chemin”, les rencontres. Des plus plaisantes : que de bons moments passés lors des permanences, lors des balades et de la semaine de marche sur le chemin pèlerin du Morvan, et avec les bénévoles de nombreuses associations amies. De plus, l’Af-ccc fait maintenant partie de la grande famille de la FFACC (Fédération française des associations de saint Jacques de Compostelle). Une sympathie s’installe, des liens forts se créent.

Cheminer, c’est aussi aller avec mesure et sans découragement : nous avons tenté un détour, hors de notre sentier habituel d’autofinancement, par le Conseil régional, et avons repris rapidement notre “droit chemin”, celui de la modestie. Chacun sait en effet que le pèlerin avisé doit prévoir son parcours en fonction de son budget et ne pas trop compter sur une éventuelle générosité extérieure !

Il arrive aussi, et souvent, que l’effort soit récompensé. Ainsi, la réédition de nos guides, après les longues heures passées à ses actualisations, rencontre un succès légitime auprès des marcheurs qui traversent notre belle région. Ainsi, la proposition aux hébergeurs de tampons personnalisés à apposer sur les credentials des pèlerins accueillis, a reçu un accueil chaleureux. Voyez aussi comme le site internet et le logotype de l’Af-ccc ont de belles couleurs toutes neuves. Le plaisir d’un cheminement vers Compostelle, c’est encore prévoir les étapes futures : une nouvelle bretelle, dans le Jura, permettra prochainement de passer par Dole, ville historique aux possibilités d’hébergement variées. De nouvelles installations de confort pour les pèlerins traversant la Franche-Comté sont à l’ordre du jour, de même qu’un accès aux nouvelles technologies.

Toutes ces activités, menées avec constance et application, font partie des petits bonheurs que, comme tout pèlerin, nous savons apprécier à leur juste valeur. Alors, foin des cailloux qui irritent les orteils, le soleil brille dans le cœur, et la sente se fait douce sous le pied !

Pour cette fin d’année et pour la nouvelle qui arrive, je souhaite à tous – adhérents fidèles, amis et partenaires, sans qui notre association et le chemin franc-comtois ne seraient pas ce qu’ils sont – des moments satisfaisants, dans la bulle du Chemin et dans le vie quotidienne, qui permettent de croire que, malgré les difficultés et les peines, l’espoir et le bonheur sont toujours possibles.


Nicole Blivet, p
résidente de l’Af-ccc


Actualité
Publié le 21.03.2017
Pose du panneau aux Tilleroyes à Besançon
Info Besançon : Le panneau des Tilleroyes est...
Publié le 18.02.2017
Attention ! Chemin impraticable pour travaux forestiers de longue durée sur le tronçon Échenans-sous-Mont-Vaudois > Luze (70)
Attention ! Chemin impraticable en raison de...
Publié le 27.11.2016
Week-end du 14 et 15 janvier 2017 à Luxeuil-les-Bains (70300)
Un temps fort : Week-end de partage avec...
Publié le 27.11.2016
Les propositions de sorties et randonnées pour 2017 sont parues
Le planning des sorties et randonnées 2017 est...
Partenaires
Association Franc-Comtoise du Chemin de Compostelle - 6bis, impasse Bonhotal - 70400 HÉRICOURT - FRANCE
Nous contacter - www.af-ccc.fr
 
Studio AWProd.com